Ayahuasca

Histoire de l’Ayahuasca


Crédits Artiste Geens Archenti Flores

Depuis des milliers d’années l’Ayahuasca veille sur les peuples natifs du bassin Amazonien d’Amérique du Sud. Que ce soit à des fins médicinales, sociales ou spirituelles, elle fait partie de leur mode de vie et les accompagne tout au long de leur existence. Depuis des millénaires elle les soigne, éclaire leur vision, les aide à chasser, à pêcher, colore leur rêves,… On la trouve au Pérou, en Bolivie, au Vénézuela, en Équateur, en Colombie, au Brésil,…Elle est même encore utilisée de nos jours par environ 75 ethnies sur tout le bassin amazonien et pourrait bien avoir plus de 2500 ans ! Lors d’une fouille archéologique menée il y a quelques années à Quito en Équateur, on a décelé des traces d’Ayahuasca dans une coupe de cérémonie (voir photo plus bas). L’ayahuasca est décidément une « potion magique » auréolée de mystère. Une des premières énigmes réside dans le secret de sa préparation, un problème épineux soulevé par Jeremy Narby en 1995 dans son ouvrage « le Serpent Cosmique ». Comment ce breuvage fruit de la combinaison de deux plantes a-t-il pu être découvert parmi plus de 80000 espèces végétales présentes en Amazonie ? La probabilité que sa découverte eût été fortuite est quasi impossible.


Calcul de probabilité : 80000 x 80000 = 6400000000. La probabilité que l'Homme ait découvert l'Ayahuasca par hasard est d' 1 chance sur 6,4 milliards soit environ 46 fois plus improbable que de tirer les numéros gagnants de l'euro million !

Bien des histoires circulent à son sujet

«Au temps de nos grands pères, nous n’avions pas accès aux hôpitaux. Il n’y avaient pas de dispensaires, pas de médicaments. Nous étions isolés dans la forêt et chaque famille constituait un noyau qu’il fallait nourrir et protéger. Nos ancêtres n’avaient pas accès à ce que nous avons maintenant, aussi il leur fallait chercher dans la forêt la plante qui pourrait soigner la fièvre, la coupure, les douleurs de ventre, indiquer les lieus où trouver du gibier, des poissons, etc… Petit à petit, à force de détermination et d’expérimentations, nos ancêtres ont façonnés notre science médicinale. En questionnant le monde qui les entouraient, en demandant des solutions pour guérir, leur rêves leur montraient une plante particulière qu’ils allaient bientôt rencontrer sur leur chemin. Ainsi le besoin de survivre a amené mon peuple à trouver les plantes médicinales et à nouer des rapports étroits avec elles.»

— Témoignage d'un guérisseur shipibo

«Dans ma famille, il y a une histoire sur la découverte de l'Ayahuasca et de ses médicaments. Un grand-père qui voulait guérir sa famille est allé s'isoler dans la forêt. Après quelques jours assis en méditation sans manger ni boire, l’esprit de l’Ayahuasca l'a visité en rêve en lui disant de boire son thé. Le vieil homme s'exécuta. L'ayahuasca revint alors dans ses rêves. Elle lui dit qu'elle l'aiderait à devenir médecin mais que pour cela il devrait suivre l'apprentissage de la diète. Et c’est ainsi que l’esprit de l’Ayahuasca a commencé à nous transformer en médecins.»

— Témoignage d'un guérisseur shipibo
Bol de Quito (Équateur)

D’après certains shipibos la recette de la préparation de l’Ayahuasca aurait été donnée par les « incas » dotés de grandes connaissances. Un récit couramment entendu dans les communautés shipibos bordant le fleuve Ucayali, parlant d’esprits incas apparus « en plein jour » drapés de leurs habits traditionnels pour donner la médecine de l’Ayahuasca et partager leurs connaissances médicinales avec leur peuple. Pour d’autres communautés, sa cuisson aurait été découverte de façon fortuite après que des enfants aient jetés des feuilles de chacruna dans la marmite d’ayahuasca. Toutefois cette hypothèse comme expliquée plus haut paraît très improbable… D’autres disent que lors de l’utilisation d’autres « plantes visionnaires » comme le Toé* (Datura Brugmantia), ces tribus auraient eu l’intuition de combiner ces deux plantes entre elles. Il se peut que nulle de ces histoires ne soient vraies ou au contraire qu’elles soient toutes vraies si l’on tient compte de l’étendue de l’utilisation de l’Ayahuasca à travers tout le bassin amazonien. Pourtant selon Steve Beyerla découverte de l’Ayahuasca semblerait plutôt provenir d’une zone située en Équateur dans la vallée du fleuve Napo, un affluent de l’Amazone particulièrement propice aux échanges fluviaux inter-tribus. Dans son ouvrage « Singing to the Plant », il se base sur les travaux de Brabec de Mori, de Gow, et sur ses propres observations affirmant que les échanges commerciaux et culturels pratiqués de tout temps par les natifs de l’Amazone ont permis à l’Ayahuasca de s’étendre à tout le bassin amazonien. 

* Qu'est-ce que le Toé ?

Le Toé est un arbuste à fleurs pendantes, dépourvu d’épines sur les fruits à la différence des autres espèces de Datura. Ses grandes fleurs parfumées lui ont donné le nom commun de trompettes des anges. Toutes les parties du Toé sont toxiques. C’est un puissant psychotrope et ses effets délirants peuvent causer la cécité voire la mort.

Histoire de l’Ayahuasca vue de l’occident

Au 16 ème siècle les espagnols se lancent dans l’exploration du bassin amazonien. Lors de ce voyage, ils condamnent dans leurs comptes rendus certaines pratiques chamaniques comme l’utilisation du Wilka* ainsi que celle du tabac, mais à cette époque aucune allusion n’est faite à propos de cérémonie d’Ayahuasca ou du breuvage d’Ayahuasca. Ce n’est qu’au 18 ème siècle que l’on voit apparaître des écrits que l’on doit aux jésuites, relatant l’utilisation de l’Ayahuasca. Elle fut décrite alors comme une boisson empoisonnée servant à des expériences mystiques et à des rituels de sorcellerie. Il faudra attendre le milieu du 19 ème siècle pour qu’un botaniste anglais du nom de Richard Spruce découvre l’Ayahuasca d’abord chez les tribus Tukano du Brésil sous le nom de caapi. Ses recherches le mèneront deux ans plus tard dans des tribus au Pérou et en Équateur autour du même breuvage mais cette fois-ci dénommé « Ayahuasca ». Ses études ne seront publiées que 30 ans plus tard et l’analyse des principes actifs de l’Ayahuasca ne sera entreprise qu’au début du 20 ème siècle. Les scientifiques à cette époque réussissent à isoler l’alcaloïde contenu dans la liane de l’Ayahuasca, et le nomment alors télépathine. Au milieu du 20 ème siècle, on parvient enfin à isoler la DMT. Les grands principes actifs de l’Ayahuasca sont alors répertoriés et catalogués mais son alchimie nous échappe encore…

* Qu'est-ce que le Wilka ?

Le Wilka ou yopo, jopo, cohoba, parica, est une poudre obtenue à partir des graines de la plante Anadenanthera peregrina, utilisée comme hallucinogène à priser depuis des milliers d’années par les indigènes amazoniens.

Au même moment un pionnier du mouvement psychédélique s’apprête à entreprendre un voyage initiatique. En 1953, William S. Burroughs l’auteur de « Junkie » débarque en Amérique du Sud par Panama avec l’intention de boire l’Ayahuasca pour qu’elle développe son potentiel onirique. Son voyage le mènera de Colombie en Équateur, pour finir à Pucallpa au Pérou. En 1960 c’est au tour de son ami poète Allen Ginsberg de visiter l’Amazonie péruvienne. Par la suite ils écriront « les lettres du Yagé » (Yagé est une autre dénomination de l’Ayahuasca) ouvrage emblématique de la Beat Generation. D’autres auteurs suivront leurs traces, citons entre autres Peter Matthiessen, W.S. Mervin, mais aussi le romancier péruvien Vargas Llosa et son compatriote le poète César Calvo. Enfin des scientifiques tels que Wade Davis ou Alberto Villoldo tenteront de percer les secrets de l’Ayahuasca dans une démarche d’expérimentation personnelle. En 1983, Dennis McKenna le frère de Terrence McKenna (connu pour ses travaux sur les champignons hallucinogènes) lève le voile sur l’Ayahuasca en décrivant avec l’aide d’autres scientifiques le rôle des inhibiteurs de MAO contenus dans l’Ayahuasca, condition sine qua non pour que la DMT extraite des feuilles de chacruna délivre ses propriétés psychoactives.

Crédit Pablo Amaringo

Depuis les années 70, l’expérience de l’Ayahuasca n’a cessé de gagner en popularité. Des adeptes des expériences psychédéliques et du mouvement « New Age » viennent à leur tour s’initier à l’Ayahuasca. Parallèlement des artistes péruviens tels que Pablo Amaringo s’inspirent de leur visions sous Ayahuasca ouvrant le chemin à un art visionnaire très florissant. L’Ayahuasca est aujourd’hui en passe de devenir un véritable phénomène de société, ouvrant un nouveau chapitre sur l’utilisation thérapeutique des plantes psychotropes.

Ayahuasca
L’Ayahuasca
Ayahuasca
Effets de l’Ayahuasca
Retraite d'Ayahuasca
Retraites d’Ayahuasca au Pérou – Immersion en Terre Shipibo
Aucun commentaire...